Quand le réchauffement climatique accroit la pauvreté

Quand le réchauffement climatique accroit la pauvreté

Entre sécheresse d’un côté et inondations de l’autre, les effets du réchauffement climatique se font de plus en plus sentir. Et le rapport publié par la Banque Mondiale démontre que la situation risque de se dégrader dans un avenir proche si aucune mesure n’est prise.

Les pays pauvres au premier rang

Dans son rapport publié vers le mois de novembre 2015, la Banque Mondiale s’est alarmée sur les conséquences du changement climatique sur l’économie mondiale. En tout, le rapport estime que 100 millions de personnes à travers le monde risquent de replonger dans la pauvreté à cause de cette situation d’ici 2030. La grande majorité d’entre eux vivent dans des pays qui sont déjà pauvres comme ceux de l’Afrique ou de l’Asie car ce sont surtout ces pays qui sont les plus injustement exposés aux effets néfastes du réchauffement climatique.

« Les plus pauvres ne sont non seulement plus exposés mais ils perdent beaucoup plus quand ils sont frappés par ces fléaux car leur patrimoine, qui n’est pas placé sur compte bancaire mais se résume souvent à du bétail ou à leur logement, est beaucoup plus vulnérable et peut être complètement détruit lors d’un choc» a soulevé Stéphane Hallegate, économiste à la Banque Mondiale.

Accroissement de la pauvreté

D’une manière globale, l’augmentation excessive de la température mondiale va bouleverser le climat. Ainsi, les cyclones, les sécheresses, les intempéries vont devenir plus intenses. Or, toutes ces catastrophes naturelles vont principalement affecter les réserves d’eau. De ce fait, la population concernée devra faire face à une importante pénurie d’eau et à la famine puisque les rendements seront faibles et plusieurs milliers d’hectares de récoltes seront détruits. Les maladies diarrhéiques vont se multiplier puisque les gens vont devoir utiliser et consommer des eaux pas toujours potables à cause de la pénurie. D’ici 2030, la Banque Mondiale estime une augmentation de 48.000 pour les décès d’enfants de moins de 15 ans liés aux maladies diarrhéiques.

Et bien évidemment, le manque d’eau va aussi avoir des conséquences néfastes sur l’agriculture. Les rendements vont considérablement diminuer puisqu’une grande partie des récoltes seront détruites. Et cette situation va conduire à la malnutrition de la population. Cette situation a été visible en Éthiopie qui a été récemment frappée par une sévère période de sécheresse. Au bilan : dix millions d’éthiopiens souffraient de faim et plus de deux millions avaient un grand besoin d’eau potable. Or, la population mal nourrie est beaucoup plus vulnérable aux maladies. Selon les estimations de la Banque Mondiale, le paludisme affectera 150 millions de personnes de plus d’ici 2030 si la température mondiale augmentait de 2 à 3°C.

 

Thème Magazine -  Hébergé par Overblog